Un ostie de motton

Je vie ce matin un ostie de mottons à la gorge.  Je suis dans une situation où je sais très bien que je ne suis pas parfait, j’accepte que les autres ne le soient pas non plus, mais les autres n’acceptent pas que je ne sois pas parfait au point où de virer le monde à l’envers.  Je suis dans une position pour aider les gens à cause du temps que j’ai perdu à étudier des livres, lire du code et appris des trucs, et écris des trucs.  Lorsque l’on me demande mon aide, je fais normalement plus que ce qu’on me demande, je soulève des problèmes, des questions, toujours avec l’intention d’être constructif.  J’ai toujours derrière la tête le reproche d’être trop directe, de culpabiliser les autres, etc…

Donc chaque fois que j’écris un email j’essai de faire attention à ce que j’écris pour pas insulter personne, j’essai de rester polie, même lorsque je parle à ma blonde à la maison de ces situations que je vie, je nomme pas les noms des gens, je tente de cacher leur identité car pour moi c’est rendu pas bien de rapporter des choses sur quelqu’un.  Je préfère plutôt rester constructif et parler d’un acte précis dans son contexte et de parler des faits, je sous-entends toujours que je n’aurais probablement pas fait mieux dans le même contexte.  Je n’y arrive pas toujours à formuler les courriels comme il faut où prévoir ce qui va blessé ou pas, mais mon intention est toujours de faire avancer les choses malgré tout et non pas de basher sur la personne.

Mais lorsque j’apporte mon aide qui m’a été demandé, les gens par la suite la critique assez souvent.  Je comprends ça, je ne suis pas parfait et souvent la façon que je m’exprime semble impliquer que quelqu’un a fait une erreur, mais moi je suis comme ça, je n’ai pas peur de me faire dire que j’ai fais une erreur, et j’apprends de mes erreurs.  Mais lorsqu’il y a un problème, un manque, il faut bien que ce soit en raison de quelque chose, le code ça ne se crée pas tout seul encore.  Faut bien que quelqu’un ait réfléchi, qu’il s’est dit « Comment je dois faire ça? » et qu’il en est arrivé à une conclusion.  Et personnellement, s’il ne se trompait pas j’en aurais pas de problème, je n’aurais peut être plus de job non plus.  Là où ça me fait mal c’est lorsque les gens qui me demande de l’aide par la suite sans preuve me dise que ma solution n’est pas acceptable, encore là, ça me blesse mais ce n’est pas si pire.

Genre si je demande de l’aide, et que je crois que l’aide apporter n’est pas bonne, on est en droit quand même de la critiquer, quoique ça devrait être fait en respect car on a quand même été voir cette personne en pensant qu’elle pourrait nous aider, mais lorsque par la suite j’apporte des preuves tangibles que ça fonctionne ce que je dis, ben là, s.v.p. accepter ma solution et cesser de me critiquer, où du moins, si vous le faites, faites-le en vous appuyant sur quelques chose du même niveau que j’apporte, c’est-à-dire des preuves tangibles.  Je serai alors le premier à me fermer la gueule, à m’excuser de vous avoir mis dans le mauvais chemin et à vous rendre votre gloire.

Et encore, j’ai l’impression que je suis très charitable, car beaucoup que je connais aurais cesser après votre refus de l’aide apporter et demander en plus.  Lorsqu’on me reproche quelque chose, j’ai toujours tendance à le refuser, mais je vérifie, même si je suis frustré, et si c’est vrai, je reviens et j’accepte mon erreur, et j’essai de figurer ce que j’ai mal fait, pourquoi, et comment à l’avenir je peux l’éviter, et souvent je refais les mêmes erreurs malgré moi.

Je fais tellement souvent d’erreurs que j’ai souvent l’impression que je suis un incompétent dans mon domaine.  Lorsque je vois les autres faire des trucs dans les livres, sur le net, je capote tellement je ne connais rien.  On me récompense par contre pour ce que je fais, assez souvent, alors du coup je me dit que je suis quand même pas pire.  Et je suis fière aussi de ce que j’ai accompli comme code, celui-ci rapporte beaucoup, et il est utilisé un peu partout, je crois que j’ai le droit de croire que j’ai réussi quelque chose de bien, on l’a même acheté mon code, bien sûr avec tout le reste, mais il a été inspecté et il a fait parti d’un tout et aujourd’hui beaucoup de monde travail sur celui-ci.

Je suis arrogant, bien sûr, je suis toujours fière de mon code, et je crois que c’est le fruit de mes investissements, pas juste d’un talent quelconque que je pourrais peut être avoir.  J’ai acquis mes connaissances, par moi-même, pas à l’école.  Ne pas être bon à mon stade après 20 ans dans le domaine de la programmation (casiment à temps plein malgré l’école) serait une défaite totale.  À n’importe quel temps on aurait pu me dire, ok toi, travaille sur autre chose car ça n’avance pas, ou tu n’y arrives pas, etc.  Mais on m’a garder, on m’a appelé pour tout les problèmes, et rarement j’ai pris plus de 1 à 2 semaines pour résoudre des problèmes qu’ils soient mineures ou majeures.

Je crois que je suis en droit de dire que j’ai acquis des connaissances avancés dans mon domaine.  Je crois que j’ai le droit de me montrer un peu arrogant lorsqu’on refuse mon aide sans preuve.  Je crois que j’ai mérité le respect de mes pairs, car moi je les considère égale sinon supérieur à moi.  Peut être pas dans toute les contextes mais en générale j’ai toujours l’impression d’être inférieur à eux, car ils savent des trucs que je ne sais pas encore, et ce même si l’inverse est vrai aussi.  Et ce, même lorsque ceux-ci sont des stagiaires, ils me montre des trucs que je ne sais pas encore faire, genre du OpenGL et autres.

Je comprends aussi que d’être comme je suis ne m’attire pas de sympathie.  Et personnellement je m’en calisse d’en recevoir, je ne suis pas dans ce domaine pour recevoir des fleurs, me faire des amis ou autres, non plus.  Je suis là simplement pour faire ce que j’aime, pour apprendre et faire des trucs plus poussé, que je n’aurais pas cru être capable de faire, pour obtenir un salaire qui me permet de vivre à mon aise.  J’ai accepté le fait que je suis loin d’être parfait, et j’accepte aussi que d’autre soit arrogant envers moi, et c’est la game.  Le hic, c’est que lorsque moi j’ai besoin d’aide, j’ai souvent personne vers qui me tourner, pas qu’il n’y a pas mieux que moi, souvent les gens qui pourraient m’aider ne sont pas disponible.

Alors là, je dois me débrouiller, car contrairement à d’autres, on s’attends que je trouve les solutions avec ou sans aide.  Lorsque moi par contre je m’attends à la même chose d’un autre personne, là, c’est une toute autre histoire, ça me retombe toujours sur la tête.  Si je suis occupé, on interrompt ce que je fais et on me dit d’aider l’autre, ce que je fais, et si l’autre ne réussi pas à résoudre le problème avec mon aide, les gens pointent sur moi et c’est OK ça.  Si je ne l’aide pas parce que je suis assigné à d’autres tâches plus importantes, alors là par contre, ça me revient quand même dessus, parce que, tsé, dans le fond, on est tous une grosse équipe et il faut qu’on s’entraide, etc.  On ne peut pas laisser les gens sans aide comme ça, même si on a d’autre priorité, on doit trouver un trou, etc.  Genre faut bien respirer aussi des fois non?  Alors si t’as le temps de respirer, t’as toujours le temps alors d’aider les autres.

Et normalement tout ça, je l’avale, je l’accepte et je continue, je me dis que ça fonctionne ainsi, etc.  Aujourd’hui par contre, j’ai beaucoup de misère à le prendre.  Je ne sais même pas trop pourquoi, je vis ça très souvent, je me fais chier dessus parce que mes interactions sociales ne sont pas parfaite et que je dis ce qu’il ne faut pas dire car ça peut blessé les autres.  Et j’essai de m’améliorer, mais lorsque moi on m’insulte, personne ne me défends, je fais probablement l’erreur à ce moment-là de vouloir me défendre moi-même, au lieu d’aller courir sous les jupettes de quelqu’un d’autre.  Et là, mon verre est plein j’imagine, trop en peu de temps.

Et peut être que je m’imagine tout ça, je me crois peut être différent des autres sans raison.  Je ne sais pas, ce n’est pas l’impression que j’ai, par contre.  Lorsque les gens sont dans le merde, mon nom arrive souvent, « Yannick, peux-tu nous aider », et là, 1-2 semaines après, le problèmes est réglé, d’autres surgissent par contre qui n’ont pas rapport avec le premier, les gens sont pas content de la façon que j’ai dis des trucs etc, faut quand même expliquer les faits tel qu’ils sont, on va pas ré-inventer ce qui est arriver ou faire croire que ces problèmes là sont venus de la planète Mars, d’ailleurs il n’y a pas de carbone sur celle-ci.

Et souvent, ce qui est drôle, c’est que lorsque je propose mon aide avant le temps, je me fait souvent remettre à ma place.  « Yannick, est-ce qu’on peut savoir pourquoi t’a commenter ceci? C’est pas que ce que tu as dis n’est pas techniquement vrai, c’est plus que c’est pas ton rôle de faire ça. » ???  Donc en gros, si tu trouves des problèmes alors qu’on t’a rien demandé, pourquoi tu nous laisserais pas les découvrir nous même afin qu’après lorsqu’on sera dans la marde on viendra si nécessaire te demander de l’aide car en fait t’était pas mal le seul qui a vu un problème dans ce qu’on faisait alors qu’on croyais qu’on était correcte nous, et dans notre monde les choses allaient comme on le souhaitait.

Ostie que ça me fait chier tout ça.  Quand quelqu’un soulève un problème et que vous n’êtes pas capable de répondre comment vous aviez penser le résoudre, faite juste dire « Merci, on va regarder ça ».  Au lieu de dire d’autres niaiseries, on est juste une grosse équipe, je fais ça pour tenter de vous sauver du temps plus tard, je comprends que ça peut gâcher vos plans dans vos têtes actuellement mais ça va arriver que je soulève le problème ou pas, ça ne veux pas dire que c’est moi qui a créer le problème, si je ne l’avais pas fait, le problème serait apparu de par lui-même, c’est quand même pas de ma faute si moi je porte attention à ce que le monde écrive et dit et que j’essai de comprendre comment les trucs fonctionnent et que je pose plus de questions qui révèlent des trucs.

En gros, je n’ai pas le sentiment d’être apprécier en dehors de ceux qui me connaissent déjà et qui savent passer par-dessus mes faiblesses afin d’extraire mes forces et de les utilisés.  Et le plus triste c’est que dans ma tête, je me dis que c’est de ma faute, je peut certainement faire mieux…

Crisse, la perfection ça n’existe pas !

 

3 thoughts on “Un ostie de motton

  1. Je trouve ça triste.
    J’ai travaillé avec toi comme stagiaire et je me rappelle comment tu nous aidais tout le temps. J’ai bcp appris de toi et je l’apprécie vraiment.
    Bonne chance :)

  2. Mieux vaut tard que jamais, alors je me permets de commenter en retard.

    Je ne sais pas si c’est encore d’actualité vu que tu as écrit ce texte l’année dernière (:P) mais que ce soit le cas ou non, mon commentaire est intemporel 😉

    Les mots ne peuvent changer une situation mais ils apaisent de par leur aptitude à nous libérer d’un trop-plein. Tu sembles avoir eu une belle montée de lait que tu as déversée sur ce blogue et j’espère que ça t’a au moins fait un peu de bien.

    Mes humbles conseils? Je pense que tu devrais concentrer ton énergie sur les gens qui t’apprécient pour qui tu es et surtout, ne pas changer, ça ferait trop plaisir à ceux qui ne t’apprécient pas 😉

  3. La situation s’est replacé, je ne sais pas trop comment. Les choses vont mieux, j’ai eu la chance de rencontré en personne la personne en question. Je l’ai trouvé super et très intéressant, il m’a montré des trucs que je n’ai jamais eu le temps de regarder etc. Probablement que tout ça est arrivé dans un moment où lui aussi n’était pas dans un bon mood et que ça a fait que tout a escalader. En gros, dossier réglé, je passe à autre chose. Merci des commentaires.

Comments are closed.