Quelle fin de semaine

Pas facile en fin de semaine, ma femme était malade, ma petite coulait du nez et les deux autres enfants étaient relativement absents.  Jérémie toujours sorti, au gym ou autre, et Émilie elle, sur le iPad et dimanche au Volleyball.  Je me suis ramassé à gérer tout ça pas mal tout seul, malgré tout, je ne suis pas si fatigué que ça.  En plus, j’avais un concert le samedi et une prise de son, qui arrivait pile à l’heure du souper.  J’ai dû retourner à la maison et coucher Océanne en moins d’une heure.  Quelqu’un devait m’aimer ben gros, car elle s’est couchée sans pleurer et s’est endormi immédiatement. Un record ou miracle, je ne sais pas trop.

Je vais vous le décrire d’ailleurs mon expérience de concert, car je n’ai pas mal rien d’autre à écrire.  À 16h30, j’essaie de trouver l’endroit, une église sur Wellington.  Je me trompe, je vais à la grosse église au coin de Galt/Wellington.  Or je sais que l’adresse est Gordon/Wellington, mais je ne vois que cette église.  Suite à la visite de son entrée principale, je suis maintenant convaincue que je ne suis pas à la bonne place, le nom, l’adresse et le fait que c’est trop gros réussissent à faire changer d’avis ma tête de cochon et je retourne en direction de la rue Gordon.  Je vois apparaître (car elle n’était pas là avant je vous le jure) une petite église coin Gordon/Wellington.

J’arrive en même temps que les camions des gens qui se sont offerts pour charrier le stock, quelle chance, je me dois alors d’offrir mon aide.  J’use de mes quelques muscles pour monter les timbales, batterie, et autre équipement de musique nécessaire à un tel concert.  Suite à ça, on prend place et on se lance dans une première pièce.  Les basses sortent bien, mais on entend peu les trompettes.  Moi, je suis dans les trompettes, lol, c’est une bonne et une mauvaise chose.  Si on ne m’entend pas, je vais être moins stressé en cas d’erreurs commises.  Par contre, techniquement une trompette, ça sonne plus fort que les autres, donc pas bon du tout pour notre réputation.  On gonfle les poumons un peu plus pour la prochaine pièce.

Ça sort mieux, ça sonne bien, le monde est bien content, on fait quelque bout que la chef ait identifié comme douloureux et veuille s’assurer qu’on sait qu’elle sait qu’on ne sait pas à 100% ce qu’il y a à savoir.  Un jeu psychologique, que l’on remporte, car on n’a pas fait nos erreurs habituelles à la prise de son (je parle pour les trompettes).  Passé 17h30, une autre histoire, de mon côté.  La prise de son devait être de 16h30 à 17h30, hors, et mon plan était d’y aller, de revenir à la maison (10 min de trajet), manger, faire prendre le bain à Océanne et la coucher.  Ma femme est sur place et malgré son virus et sa fièvre s’occupe de faire manger la petite pendant ce temps.  17h30 arrive, je n’ai pas mon cell, je ne le sais pas, mais je le sens, j’ai l’impression que ça traîne, je stress, les notes sortent tout croche, pas à la bonne hauteur, mauvaise force, ça craque, ouch!

Je regarde le laptop de mon voisin qui enregistre le tout et je vois 17h45!  Non, mon plan est en train de fouerrer, je ne sais pas comment ça va aller à la maison, ma femme est sûrement à boute avec la fièvre et la petite qui souvent ne coopère pas du tout.  Je réussis à m’éclipser en me faisant voir par tous, prendre mes trucs et partir, belle réputation pour le nouveau de l’harmonie qui n’écoute pas les consignes et qui tente de se pousser alors que les autres sont tous là à écouter.  De toute façon, je sors, je roule, il est 17h51, j’arrive chez moi, 18h01.  Yeah, la petite est dans le bain, je laisse ma femme retourner se reposer avant l’allaitement.

Le bain se déroule bien, on lit un livre sur mon ami caillou, on va voir la laitière et je l’endors, ça fonctionne, magie, elle dort.  Je suis mystifié, figé pendant 2 min devant son lit.  Je sors, je descends je me demande si je dois manger, je parle à Émilie, je regarde l’heure, 18h50!  Vite, dehors, camion, route, j’ai faim.  J’arrête au McDo au bout de Gordon, 18h58, il fallait que ça arrive, personne à la prise de commande donc j’y vais, après avoir passé ma commande, je vois 5 voitures qui attendent leurs commandes.  Pogner à l’arrière je ronge mon volant, je me dois d’être à l’église à 19h pour le concert.  19h07, je suis à l’église avec mes deux mini-hamburgers, je les absorbe rapidement c’est maintenant le temps de préparer ma trompette au plus vite, car il faudra s’ajuster et une trompette c’est en cuivre, un métal, ben oui, et ça s’adapte très vite à la température froide.

Il me faut la réchauffer au plus vite, car sinon il me sera inutile de m’accorder avec les autres.  Je crois que j’ai réussi, c’est tiède, voir température pièce, on s’accorde.  Il y a une trompette qui jure, que la chef indique, je croise les doigts que ce n’est pas moi, le petit nouveau.  Ça s’arrange on est prêt, je monte en haut et je vois Émilie qui est accompagnée de ma soeur Chantal, mon beau-frère Éric et mon Père.  Mon père d’ailleurs doit être content/fier, il n’arrête pas de me demander quand je vais jouer de nouveau de la trompette dans un groupe (oui parce que tout seul je suis pas terrible, dans un groupe j’arrive à me cacher et mon père pense que ça sonne bien).

Je suis assis à l’arrière à la droite de la scène vue du devant, je suis en fait le dernier de ma ligne et donc les gens assis à la droite me voient très bien, pas super le fun ça, un stress de plus.  Quand on se trompe, souvent on réagit, on fronce les sourcils, on sacre en silence, on cesse de jouer, etc., tous des gestes qui peuvent être perçus quand on est assis comme ça.  Avoir du plaisir, ha oui, c’est pour ça que je suis là, ma journée dans le corps, je suis là pour m’amuser.  Il faut juste que j’arrive à m’y convaincre bien comme il faut, car quand je vais sortir des notes tout croches ou au mauvais moment sous le prétexte qu’on est là que pour s’amuser, il y en a qui vont moins la trouver drôle, lol.

Le concert débute, un mixe de chanson de Bon Jovi, très bien, ça sort bien, la seule chanson que j’ai des notes aiguës, maximum un la au-dessus de la portée, pas si pire il n’a pas craqué et ça a passé.  J’ai hérité des partitions de trompette #3, ce qui fait que je joue surtout des notes basses ou dans l’octave facile pour une trompette.  Il faut que j’écoute et que j’appuie la trompette #2 & #1 qui eux doivent s’y donner corps et âme.  Par contre à la toute fin de cette pièce, une note, un Ré #, facile! eh bien, il fallait que je me trompe, je fais un Do #, convaincu en plus.  Ouch, ça doit être l’éclairage.  L’autre pièce ça va bien aussi, il y en a une par contre, je ne me souviens plus de laquelle exactement.  La finale a fouerré, tsé une finale, ça s’entend, c’est comme les feux d’artifice, tu le sens que c’est la fin et ça fini fort.  Ben là, rien, j’étais perdu, j’ai cessé de jouer, j’ai tenté de rembarquer, mais sans succès.

Les autres pièces sont généralement bien sorties, je me suis un peu surpris d’avoir encore des lèvres rendues à la fin, ça doit être le fait que je joue pour la première fois trompette #3.  Tellement moins stressant que le lead, d’ailleurs la trompette #1 de cet orchestre est un spectacle à elle seule, super son, on sent de l’émotion dans ces notes, c’est vraiment beau à entendre, en solo surtout ! (puisque je ne suis pas là pour gâcher le tout).  Moi je suis plus un joueur technique, tu veux un sol, parfait, pas de piston enfoncé, mes lèvres sont bien placées, je te le sors ton sol, il va sonner comme un 2 x 4 de 12 pieds.  Tu veux un sol en haut de la portée ? Ça va coûter plus cher, je gonfle mes poumons, je pris pour que mes lèvres tiennent et je te sors de l’air pour un sol aigu, et je pris pour que ce soit effectivement un sol qui sort et non pas un mi ou un do…  Moi j’suis rendu là comme trompettiste, lol, ma profession c’est l’informatique.

J’ai eu du plaisir, mais pas un plaisir le fun, mais un plaisir de réussite pas si pire que ça pour ce que je suis.  Difficile à expliquer, je me suis prouvé que je pouvais avoir ma place dans cet orchestre.  C’est assez pour moi, je peux me considérer comme capable de faire autre chose que de la programmation et c’est valorisant.  Le concert se termine, on sort le stock, je vais dire bonsoir à mes invités et leur demander leur opinion.  Tout le monde est très content et me dise que ça a bien sonné et tout, super, vive la famille.

De retour chez moi c’est le silence, tout le monde dort, Émilie est déjà rentré et au dodo, 21h50.  Je vais prendre une bière dans « mon » sous-sol, car oui, Marjolaine étant malade et moi je ne veux pas risquer de le devenir aussi, j’ai pris la décision de dormir ici pour éviter la contamination.  Dodo à 22h30, journée terminée et je dois me préparer pour le lendemain, avec Océanne qui commencera à 6h sa journée et qui ne lâche pas.

Ha, se lever à 6h un dimanche, super, Océanne est toute cute par contre, « Maman », heu, non, moi c’est papa, comme pas mal toutes les autres jours de ta vie que tu te lèves lol.  On regarde les cartoons ensemble, elle est assise sur mes jambes sous la couverte dans ce sous-sol mal isolé où il fait 19 mais le thermostat indique 24.  On se blottit ensemble et je bénéficie d’un rare moment où elle reste plus de 2 min sans bouger coller contre moi.  Le déjeuner, Émilie aujourd’hui doit aller à un festival de Volleybal à Dorval.  Elle me dit que c’est de 9h à 17h, donc on part à 8h30.  J’amène Océanne avec moi, et on part.  Arrivé là-bas je reconnais l’école, j’y suis allé à deux-trois reprise pour voir un concert de l’harmonie locale, car des cousines de mon ex y jouaient.

On trouve le gymnase, Émilie se déshabille, je la regarde, je la regarde, je la regarde, je capote, je panique, je lui demande, tu comptes jouer au Volleyball avec tes bottes dans les pieds?  J’ai clairement vu qu’elle n’avait que sa boite à lunch dans les mains et aucun running shoe dans les horizon ou sac mystérieux qui auraient pu me faire croire qu’il contenait des souliers.  Ben non, elle ne les a pas, ma journée vient de se détruire.  Je dois maintenant figurer quoi faire, elle reste et je retourner chercher les souliers?  Elle revient avec moi à la maison?  Je lui demande d’aller voir sa prof et demande à quelle heure qu’elle joue, 9h30, 10h30, il est 9h20 et ça va me prendre 1h aller-retour.  Mais Émilie me dit qu’elle lui a dit que ça valait la peine qu’elle reste.  Je lui dis donc de rester et que je vais me taper 1h de camion de nouveau pour deux souliers.  Elle ne veut pas, ça va être plate, mais tu vas jouer une fois que les souliers seront dans tes pieds, non, je ne peux pas embarquer dans le milieu (vous ne comprenez pas ?  moi non plus), on est reparti.

Arrivé à la maison, je regarde la feuille transmise par l’école, il fallait y être pour 8h30, pas 9h.  Émilie jouait quasiment chaque heure, 9h30, 10h30, 11h30, 12h30, 13h30, etc.  C’est pour ça que sa prof avait dit que ça valait la peine, mais Émilie ne m’a pas retransmis les informations correctement.  Je suis en tab. Émilie qui ne fait déjà pas beaucoup d’activité physique lorsqu’elle est à la maison, on comptait là-dessus pour la faire bouger.  Vous pouvez être sûr qu’elle n’a pas touché à l’iPad après ça.  Océanne elle, était mignonne et tranquille dans l’auto tout le long, une chance.  Un beau dimanche de marde qui s’annonçait.

Finalement, la marde s’est limitée à ça, le reste de la journée s’est déroulé normalement sauf qu’Océanne n’a dormi qu’une heure, donc elle avait en après-midi une humeur de marde.  J’ai quand même réussi à survivre jusqu’à son heure de dodo.  J’crois que je vais donner toute ma fortune (150$) dans la recherche d’un remède contre les virus quelconques qui causent de la fièvre et autres.

Ok, on s’y remets

Fait un baille que je ne suis pas venu poster.  Comme dirait mon cousin Sylvain, tout va bien sinon tu posterais sur ton blogue.  Effectivement, tout va pour l’instant pour le mieux, tk, pour pas mal mieux que je n’aurais pu prédire.  J’étais à un point où je regardais ailleurs pour le travail et finalement je suis resté avec mon employeur présent et du côté de ma blonde ça se place.

Bon, il y a toujours le gouvernement qui va mettre la merde, mais bon, c’est un peu son rôle malgré ce qu’on voudrait.  Je me demande un peu des fois pourquoi le gouvernement ne veux pas forcer la main et demander aux industries de faire des trucs bien, comme des trucs solaire, éoliens, bon pour la santé, etc.  J’ai l’impression que c’est de la paresse, les mauvaises bouffes sont déjà là, le pétrole est en place, etc.

Pourtant les entreprises auraient pas mal à gagné car c’est un nouveau marché et il pourrait chargé plus cher pour inclure leur recherche.  Aussi le gouvernement devrais augmenter le service de santé et de l’éducation et offrir plus, et retirer ses subventions à l’art qui est totalement inutile (j’vous ai eu !), ben non, l’art est là pour rester aussi bien leur donner leur miette de pain, quoi que mon ex est en art… ;-P.

Nous avons un nouveau chaton depuis notre mariage, Sheldon, une peste.  Pas facile d’élevé un chaton mal élevé… En fait, il est ok, mais trop plein d’énergie et avec la petite, ça fait deux sources de baisse de fatigue et bon ben c’est ça, pu capable.  La petite elle s’est de la bonne baisse d’énergie, elle joue, elle rit, c’est vraiment merveilleux.  Je ne crois pas que j’avais imaginé ça comme aussi bien que ça.  Point de vue santé on est gâté, elle a jumper 5 maladie et est passé à la 6e d’un coup (ou 5è, tk… on a sauvé pas mal de souci).

Depuis plus rien, bon fièvre ici et là mais la garderie c’est un truc positif pour nous et elle.  Elle a eu un an, gateau chocolat (qu’elle n’a pas mangé, c’est sûrement pas les gêne de ma femme qu’elle a).  Ensuite auj, premier cornet de crème glacé. Les autres enfants à la garderie l’adore, encore hier il sont venus nous donner de la bouffe en offrande.  Heu, j’exagère, mais à peine.

Novembre déjà, bon Sheldon me mort l’avant-bras sans raison et ça fait réellement mal. Merci au vin qui me permet de l’ignorer en tapant ce mot.  Noël s’en vient, fait déjà noir en arrivant à la maison, ce n’est pas drôle.  Le pire c’est Janvier / Février, vous l’anticiper? Moi oui, je déprime déjà un peu.

 

La vie c’est programmable

2014-02-17_22-40-15Je me souviens quand j’étais tout jeune, j’ai appris à programmer sur un Tandy 2000, surtout des trucs inutiles. Je ne savais pas trop ce que je faisais, je copiais ce que je voyais. J’ai poursuivi sur un Coleco Adam, mes premières procédures originales.  Aussi, un apprentissage forcer de la langue de Shakespeare. J’ai pu alors voir que la vie était tout un parcours, on part au début et l’on va toujours vers la fin et on s’accompagne de cassettes ou de disques.

Par la suite avec de nouveaux amis alors que j’étais au secondaire. J’ai appris à sauter, c’était BASIC bien sûr mais on avait beaucoup de plaisir, fallait juste avoir le bon numéro. Parlant de numéro, j’avais même ma ligne de téléphone et mon BBS à la maison que je payais avec mon salaire de Camelot.  J’ai ensuite fait un retour en arrière, et dû assembler ce qu’auparavant les autres m’ont donné tout cuit dans le bec. C’était plus difficile, j’ai reçu une couple de pointeurs et j’ai alors appris le C.

J’ai par la suite fait connaissance avec les boucles, comment tourner en ronds, par fois récursivement, et des fois beaucoup plus qu’on le souhaitais initialement. J’ai appris à vivre ainsi avec la nature et fréquenter beaucoup de bugs. J’empilais maintenant, ce qu’avant je mettais dans des registres, du coup je trouvais d’autre fonction à mes programmes, plus utiles.

À l’école, j’ai connu Pascal et on a eu un plaisir fou dans ses modules. J’ai tellement aimé que j’ai joué aussi avec son frère, Modula-2. J’ai aussi eu ma phase de donjons et dragons, mais moi c’était plus l’Oeil Noir, et j’ai affronter souvent le COBOL. Je devais rapporter mes faits et geste au maître, ce qui en fait, me fit devenir un héro.

Je ne voyais plus du tout les choses autour de moi de la même façon. C’était plus plus clair, encore, et je pu alors voir les objets autour de moi d’une autre façon, avec plus de classe. Je pouvais alors me servir d’une chaise non plus juste pour m’asseoir mais aussi comme escabeau.

Durant tout ce temps, j’ai aussi expérimenté plusieurs environnement, Commodore 64, 128, Amiga, BeOS et Linux. Le bio-dôme et ses quatre saisons n’était plus rien pour moi. J’ai aussi essayé de voler de mes propres ailes sous un nom étrange, Moebius, pour finir avec un nom bizarre, Mythrium, un changement très peu RadiCALC. On ne voulait pas se faire dictée notre convention.

C’était à une période de ma vie où je faisais beaucoup de chose à la fois. J’ai aussi aider à bâtir un navire avec des amis alors qu’à mon travail c’était zéro. J’ai donc dû faire face à la musique et choisir un autre job, là où je pourrais être libre comme un oiseau, en cage. Entre temps, par contre, je me suis hyper lié d’amitié avec l’Internet. Malgré mon bagage, l’apprentissage ne cesse jamais, JavaScript, CSS, Rails, Ruby, Groovy et tout le REST.

Après toutes ces patentes et ces technologies, je dois encore et toujours trouver comment trouver les bonnes instructions à donner à ma plus belle création pour ne pas qu’elle s’échoue sur le bord de cette océan qu’est la vie. Bon assez de bla bla inutile, je vais me coucher.

 

 

 

 

Que des Sotchises ce soir

1902877_10151878651791010_1121957454_n

Bonne soirée, pas grand chose à dire à part que je me suis amusé comme un petit fou avec ma fille en pm. Elle riait de bon coeur avec moi, j’avais l’impression qu’elle tentait de m’imiter. Je l’ai filmé et c’était débile, de gros rires, mais j’ai mal appuyé sur le bouton et en fait, je n’avais rien d’enregistré!

Jeudi dernier, on a demandé à ma soeur de garder Océanne et on est partie au restaurant. Super bien, le Griglia d’Oro, bien aimé. J’ai mangé de l’esturgeon, première fois. Par contre, j’aurais dû miser sur l’assiette de faux-filet de ma blonde, il était écoeurant. Le retour ce fut dans la tempête, et d’ailleurs le lendemain Océanne ne dormait que très peu.

J’ai beaucoup aussi travaillé sur mon projet, mon vidéo et paf, ça l’a mal tourné. L’audio d’une heure trente c’est révélé massacré par le superbe multitâches de Windows qui n’est toujours pas capable d’enregistrer son & image sans faute. Là, je suis à me retaper tout ça. J’ai au moins pu ajouter du stock, comme l’utilisation de Jira.

22h et Océanne se réveille? C’est surprenant, première fois en je ne sais combien de jour. Si la tendance ce maintien, ainsi que l’odeur de mes pets dans sa chambre (mon secret), elle devrait être en mesure de se rendormir, ha, voilà, c’est fait. Toute une championne. Sur ce, je vais tenter de lui arriver à la cheville, quoi que moi mes sommeils sont difficiles ces derniers jours, parait en plus que je ronfle.

Édition vidéo

Ce soir, j’ai une pensée pour ma soeur Chantal qui est venue garder la petite et m’a permis à moi et Marjolaine de sortir manger dans un resto. Ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas permis ça. On est aller au resto Griglia d’Oro sous recommandation de ma soeur Tessie. Point déçu, c’était excellent.

J’ai aussi une pensée pour les gens qui font de l’édition vidéo. Hier je me suis enregistrer car j’ai travailler sur mon projet. Ouf, que c’est pénible de se réentendre constamment. Je ne sais même pas pourquoi exactement je m’enregistre mais j’ai l’impression que je dois legger de quoi derrière moi. Expliquer ma présence dans cette vie… Si seulement ma voix était moins plate à écouter !

Sur ce bonne St-Valentin demain! Faites attention à ceux que vous aimez et ne consacrer aucun moment ou pensée à ceux que vous n’aimez pas.

 

Plaqué!

U.S. Patent No. 8,625,462 - Ownership Requests for Access PointsBof, je trouvais que mes billets avec des photos étaient plus jolis. Je ne savais pas trop quoi mettre comme photo et là j’ai vu ma plaque de mon dernier brevet qui traînait sur mon bureau. Pas pire non? Ça va faire une belle décoration dans ma maison.

Et aussi, même que surtout, ça fait différent de mes dernières photos qui ne sont que sur ma fille! Je l’aime et j’ai de la misère à prendre autre chose en photo. C’est de loin ma plus belle réussite à ce jour. D’ailleurs, je vais faire plaqué sont acte de naissance et faire changer “Parents” pour “Inventeur”. De cette façon-là, moi et Marjolaine on aura été co-inventeurs de quelque chose ensemble!

Si vous trouvez ça quétaine, dites-vous que la Saint-Valentin approche, donc je fais des efforts sur l’aspect romantique. Avec la petite à la maison, j’avais eu l’idée de faire venir un chef à la maison pour nous faire un bon repas. Mais après avoir vu les prix, j’ai compris pourquoi c’était encore moi et ma douce qui faisait nos soupers chaque soir. Je vais garder mon argent pour mon mariage. Mais bon, de faire savoir à ma douce via mon bloque que j’avais pensé à de quoi d’originale, va surement me faire acquérir des points.

J’ai aussi appris une bonne nouvelle aujourd’hui. De l’argent caché qui m’est apparu. J’avais oublié ça complètement et là j’ai reçu une lettre me disant qu’une compagnie avait de l’argent à mon nom dans leur compte et qu’il se demandait si j’allais aller la retirer ou pas? Lol. Genre de truc qu’on rêve d’avoir. Le montant n’est pas énorme, mais quand même, ça se prend toujours bien. C’est un peu comme quand on mets un manteau l’hiver ou l’automne pour y trouver un montant d’argent qu’on a oublié le printemps dernier.

C’est là que je remercie mon moi passé qui a mis de l’argent de côté et mon moi présent de l’avoir oublié. Ainsi, je ne l’ai pas dépensé et il m’arrive comme ça, à un moment opportun. D’ailleurs, il faudrait bien que je rappelle le Trust National Bank, je crois que j’ai un RÉER avec eux, mais que j’ai changé tellement d’adresse souvent dans les 10 dernières années qu’ils ne savent plus où j’habite. Donc, probablement que mon argent fructifie dans leur coffre et que je pourrais l’ajouter à mon autre RÉER. Par chance qu’ils n’ont pas de date d’expiration!

Comme Émilie dit souvent, “Nickou, t’es une source d’argent inépuisable”. Ha, si les enfants pouvaient toujours dire que la vérité!

P’tite face

IMG_0914Es-tu belle? C’est avec ça que je me lève le matin, dans la nuit et dans l’après-midi. Très difficile de garder mon air bête lorsque je la regarde me faire de beau sourire en se levant.

Aujourd’hui on va fêter le grand Jérémie. M. Protéine lui-même. Il est rendu qu’il en chie Clignement d'œil. On va lui saupoudrer du whey sur son gâteau. Et pour sa fête son cousin et sa cousine ainsi que sa tante viendront partager le repas avec nous. Il a même le droit d’inviter un ami, il y aura donc du monde à la maison ce soir.

Il reste aussi une partie de hockey du Canadiens ce soir, avant la pause olympique. Espérons une autre victoire, depuis l’échange Diaz – Weise l’équipe joue bien et elle est même intéressante à regarder jouer. C’est donc qu’il faut en profiter le temps que ça dure, du coup j’ai invité mon chum Alain à venir apprécier ça avec moi. En plus, quand il vient faire un tour, il m’apporte de la bière.

J’ai travaillé sur mon projet la semaine dernière. J’ai hâte de vous montrer ça sur un vidéo. J’attends un moment tranquille où je pourrai avoir l’air fou en parlant tout seul à mon ordinateur et ensuite éditer la vidéo. J’ai réussi à me rendre là où je pensais me rendre, par contre, j’ai frappé plusieurs murs techniques. Heureusement, Google est venu à ma rescousse à plusieurs reprises.

Là, je passe à la prochaine étape et je suis bloqué, j’essai de voir dans quelle direction je vais. J’aimerais faire tout moi-même, mais il existe des librairies qui font ce que je veux faire. Sauf que c’est tricher un peu de prendre le stock des autres. Je n’ai pas aussi valider encore sur la licence de ces librairies était compatible avec mon plan.